Photo de Giuseppe Franconi (vers 1939). Reproduction avec l’accord de sa famille.  
 


 

 
  > LISTE DE SES OUVRAGES ANIMÉS dans l’article sur Tout autour de la Terre  
     
   
  Tout autour de la Terre
d’Henry Blanc avec des reliefs de Franconi.
Collection Graziella Albanèse


 
   
  Peter Pan
de Disney avec des reliefs de Franconi : l’autre variante de couverture. Photo d’Enzo Pelli.


 
   
  Dumbo
de Disney avec des reliefs de Franconi. Photo Patrick Lecoq.
 
     
     
 

BREVETS D'INVENTION déposés par Giuseppe ou Joseph Franconi (ordre chronologique) :

Procédé et dispositifs pour l’exécution de dessins coloriés (n° 937.170. Déposé par J.F. le 20 décembre 1946, délivré le 1er mars 1948, publié le 10 août 1948.)

 
   
 

Jeux de coloriages, système breveté de Franconi. Photo d’Enzo Pelli.

Procédé de fabrication d’un produit formant mosaïque écran sélecteur trichrome pour la photographie et la cinématographie directe des couleurs (n° 968.219. Déposé par G.F. le 17 juin 1948, délivré le 12 avril 1950, publié le 22 novembre 1950.)

Procédé d’assemblage d’éléments permettant d’obtenir des images découpées en relief (n° 1.038.944. Déposé par G.F. le 22 juin 1951, délivré le 13 mai 1953, publié le 2 octobre 1953)

Procédé et dispositif pour l’exécution d’images en relief (n° 1.075.430. Déposé par G.F. le 2 mars 1953, délivré le 14 avril 1954, publié le 15 octobre 1954.

Procédé pour l’exécution d’un livre à vues cinématographiques (n° 1.080.689. Déposé par J.F. le 17 avril 1953, délivré le 2 juin 1954, publié le 13 décembre 1954.). Ce procédé fait penser à une sorte de feuilleteur pour flip-book.

 
     
 

Giuseppe Franconi (1901-1969)

 
 

L’enquête sur Franconi

Après une première enquête cette année, qui a permis d’attribuer un joli leporello sans titre ni date à l’illustratrice allemande Eva Wenzel-Bürger (Cf. la page Facebook de Livresanimés), j’ai décidé de me lancer sur la piste de Franconi, inventeur dans les années 50 d’un système très original de pliage tridimensionnel, pour lequel l’équipe de Livresanimes.com avait eu un coup de cœur unanime et dont nous avions présenté le très charmant album Tout autour de la Terre dans notre première expo, Waouh ! 100 livres animés collectors, fin 2013 (ref. #045 dans le catalogue).

En février 2017, pour inaugurer Le Coin du collectionneur, une nouvelle rubrique qui lui tenait à cœur, Graziella Albanèse, de l’équipe Livresanimes.com, avait choisi de présenter à nouveau le livre Tout autour de la Terre et six autres titres de Franconi (> Cf. son article ci-contre). Comme elle l’écrivait, on ne connaissait rien de lui (ni de Robert de Longchamp), « rien... sauf leur talent grâce aux ouvrages qui sont parvenus jusqu’à nous. »

N’ayant effectivement rien trouvé sur internet, j’ai eu l’idée de repartir des ouvrages sur lesquels était indiqué « Relief de Franconi - Systèmes brevetés ». J’ai donc cherché auprès de l’INPI (Institut National de la Protection Industrielle) et j’ai trouvé dans la base des dépôts trois brevets au nom de Giuseppe Franconi, puis deux de Joseph Franconi. Giuseppe étant l’équivalent de Joseph en italien, j’ai déduit qu’il s’agissait du même homme, mais était-ce celui recherché ? Les dates correspondaient à la période d’édition des ouvrages (de 1952 à 1954) et les sujets et contenus des brevets laissaient peu de doute. J’avais trouvé son prénom ! C’était un bon début.

 
   
 

Schéma du système d’image en relief inventé par Giuseppe Franconi en 1953. Reproduction et lien vers le brevet avec l’accord de sa famille.

 

 

Exemple de relief dans Tout autour de la Terre (1954). Photo : Patrick Lecoq / Livresanimes.com. Collection Graziella Albanèse.

Les requêtes suivantes sur les moteurs de recherches m’ont permis de trouver un immeuble de logements situé 10 rue Fusoni à Lugano, en Suisse, et attribué à un architecte du même nom, puis un lien marital entre ce dernier et Elsa Franconi-Poretti (1895-1995), une journaliste, écrivaine, actrice et politicienne suisse. Les articles sur cette personne ne manquent pas, notamment parce qu’elle a été une militante engagée pour le droit de vote des femmes dans le Tessin, la région italophone du sud de la confédération helvétique. Elle a aussi reçu le titre de chevalier de l’Ordre des Palmes académiques (en France) en 1978* (décret du 14 juillet 1977).
Le couple a vécu en France près de Paris avant de rentrer en Suisse en 1955. Une fois encore, si les dates semblaient plausibles avec l’artiste recherché, rien ne prouvait que cet architecte était l’inventeur des reliefs brevetés.
Sur les photos d’Elsa Franconi-Poretti, aucune trace de son mari ni d’enfant ne permettait d’espérer trouver des descendants.

En poursuivant mes recherches, j’ai trouvé une biographie de Fulvio Pelli (n. 1951), avocat, notaire et homme politique suisse (conseiller national de 1995 à 2014), indiquant qu’il est le petit-fils d’Elsa Franconi-Poretti. J’ai pris contact par mail puis téléphone avec son cabinet de Lugano. Deux semaines plus tard, il m’a confirmé que Giuseppe Franconi était son grand-père maternel, qu’il était architecte et également le créateur de reliefs de livres d’enfants. Enthousiaste devant mon intérêt pour les ouvrages de son aïeul, il m’a mis en contact avec son frère, Enzo Pelli (n. 1948), documentariste à la retraite, poète, artiste calligraphe, qui prépare actuellement une biographie de leur grand-père ! Grâce à ce descendant direct et à ses informations, j’ai enfin découvert le visage de Franconi, son parcours, ses projets.

Mon objectif initial était de préciser l’identité et de rendre hommage à Franconi. Si, pour l’instant, il me manque des informations sur ses relations avec l’éditeur Les Flots Bleus de Monte-Carlo (pas d’archives connues selon le service du dépôt légal de Monaco), avec les illustrateurs Henry Blanc (Tout autour de la Terre) ou Germaine Bouret avec qui il a réalisé deux ouvrages, j’ai découvert un homme aux multiples talents qui durant sa vie, troublée par la Seconde Guerre mondiale, a été très actif dans des domaines variés.
Vous pouvez lire ci-dessous un résumé de sa vie, en attendant sa biographie par Enzo Pelli dont la parution est prévue en 2021 (nous vous tiendrons informés). Ce sera une belle occasion d’en découvrir beaucoup plus sur ce créateur.




 
 

Biographie de Giuseppe Franconi (1901-1969)
d’après le texte encore inédit d’Enzo Pelli.

Giuseppe Franconi est né le 4 juin 1901 à Lugano en Suisse. Après des études à l’académie Albertina à Turin puis à l’Institut Royal des Beaux-Arts de Bologne, il est diplômé en 1920 en architecture et enseignement du dessin, puis débute sa carrière au studio de l’architecte Adolfo Brunel à Lugano.

En septembre 1923, invité par le gouvernement français, il vient en France à Chauny (dans l’Aisne, en Picardie) pour participer à la reconstruction de la ville bombardée pendant la Première Guerre mondiale. Au sein du bureau de l’architecte Brulant, il conçoit principalement des maisons individuelles.
En janvier 1924, il se marie avec Elsa Poretti et ils s’installent à Chauny.
Giuseppe Franconi va ensuite travailler pour Arsène Bical, un architecte et constructeur de villas de vacances au Touquet-Paris-Plage puis il rejoint Paris pour tenter sa chance. Plusieurs de ses projets y ont obtenu de bonnes critiques : un Monument aux victimes de la mer présenté au Salon des Artistes Français de 1924 (au Grand-Palais) et un bâtiment avec salle de spectacles, au Salon d’Automne de 1925.

En parallèle de son métier d’architecte, il dessine des meubles, notamment pour la maison Marquis, spécialisée dans le mobilier et la décoration au Faubourg Saint-Honoré, à Paris. Il expose ses créations dans plusieurs salons des Arts décoratifs dès 1924.
Il va travailler à la décoration intérieure d’un grand espace commercial rue Castiglione (Paris 1er), puis, en 1930, il projette et réalise la façade de la White House, un grand magasin de tissus, de New Bond Street à Londres, et surtout, il en conçoit tout l’ameublement.

Pendant les années 30, il réalise plusieurs projets de maisons individuelles, d’architecture intérieure et de meubles.

La famille Franconi retourne régulièrement à Lugano où Giuseppe y conçoit en 1934 deux immeubles de style art-déco/moderniste, toujours existants.

 
   
  Giuseppe Franconi et Elsa Franconi-Poretti en mai 1936.


 
 

Quand la Seconde Guerre mondiale éclate, en septembre 1939, les Franconi rentrent en Suisse. Giuseppe revient à Paris dès décembre pour suivre ses chantiers en cours.
C’est à cette époque qu’il commence un projet de dessin animé qui mobilisera plusieurs personnes, représentera des milliers de dessins mais qui sera perturbé par la guerre.
À l’arrivée des Allemands dans Paris, en juin 1940, il se réfugie à Château-Gontier, en Mayenne. De retour dans la capitale occupée, il a peu de travail et va poursuivre difficilement son dessin animé.
Accusé par une lettre anonyme de cacher des armes, il est arrêté par la Gestapo en octobre et emprisonné deux mois à Fresnes avant d’être libéré le 20 décembre 1941.


 
   
 

Son film sort en salles le 7 janvier 1942. D’une durée de 11 minutes, il raconte les aventures d’un joyeux jeune homme, d’un bon géant et d’une oie. Un article du Petit Parisien du 15 janvier 1942 (page 2, rubrique Spectacles de Paris) relate cet événement (Cf illustration et lien vers Gallica). Ce sera malheureusement un désastre financier pour son créateur. Ses descendants recherchent actuellement la pellicule de ce film disparu.
Cette année-là, son activité d’architecte reprend mais lui permet seulement de survivre. Il vend sa maison de Malakoff et s’installe à Issy-les-Moulineaux.

Après la guerre, le couple vit à Paris. Sa femme est journaliste et autrice de comédies pour la Radio Suisse en langue italienne. Un travail financièrement important pour la famille car Giuseppe a toujours peu de travail (projets et réalisation de villas et autres bâtiments, décoration d’intérieurs dont celui du château de Bertichères à Chaumont-en-Vexin dans l’Oise).

Au début des années 50, Franconi dépose plusieurs brevets qui n’ont pas le succès commercial escompté. Il invente un système d’illustrations tridimensionnelles pour des livres destinés aux enfants. Sept albums seront publiés par la maison d’édition Les Flots Bleus à Monte-Carlo et par Disney (> Cf. la page dédiée).

 
  Exemple de relief dans Pinocchio (1953). Photo : Patrick Lecoq / Livresanimes.com. Collection Graziella Albanèse.

 
 

En 1955, Giuseppe Franconi obtient un poste de professeur de dessin technique à l’École Technique Supérieure de Lugano. Il décide alors avec son épouse de revenir s’y installer, 30 ans après leur départ, auprès de leur fille, mariée et mère de trois enfants. Il enseignera pendant plus de 10 ans et poursuivra ses activités d’architecte et de dessinateur de meubles. Il sera également président de la section tessinoise de la Société des artistes suisses.

Durant sa vie, il va dessiner des portraits, réaliser des caricatures et peindre à l’aquarelle de façon assidue des paysages, des vues urbaines et des maisons individuelles.

Giuseppe Franconi meurt à 68 ans, le 9 mai 1969.

Thierry Desnoues / Livresanimes.com, 2020

* Source : biographie d’Elsa Franconi-Poretti par Gabriele Piffaretti dans le cadre du projet « Traces of Women ». © 2014 AARDT - CH 6900 Massagno.

Remerciements
À Messieurs Fulvio et Enzo Pelli, petits-enfants de Giuseppe Franconi, pour leur confiance, pour les informations et photos qu’ils ont bien voulu partager et pour leur autorisation de reproduction des visuels présentés.
Également à Enzo Pelli, Benoit Marchon et Guylain Desnoues pour leur relecture.

 
  filet  
  N.B. Aucune reproduction de ce texte ou des visuels n’est permise sans l’accord écrit de l’auteur et des ayants droits de Giuseppe Franconi.