OUVRAGES EN RELIEF
D’ELENA SELENA :
 
 
 

Jardin bleu
© Gallimard Jeunesse 2017
ISBN : 978-2-07-507982-2

> Relire notre commentaire publié en mars 2018


 
 
  Jungle
© Gallimard Jeunesse 2018
ISBN : 978-2-07-510107-3

> Relire notre commentaire publié en mars 2019


 
 
  Neige
© Gallimard Jeunesse 2019
ISBN : 978-2-07-512591-8

> Relire notre commentaire publié en novembre 2019


 
 
 

Voyage
© Gallimard Jeunesse 2021
ISBN : 978-2-07-514640-1

À paraître le 28 octobre 2021

 
     
INTERVIEW
Elena Selena, auteure et ingénieure papier des formidables Jardin bleu, Jungle et Neige, entre autres, prépare un nouveau titre animé pour la rentrée… En attendant, revenons avec elle sur sa formation, son actualité et ses projets !

     
 

Quel est votre parcours et comment en êtes-vous venue à réaliser des livres animés ?
Elena Selena :J’ai grandi en Lituanie. J’avais des albums, mais je ne connaissais pas encore les livres animés. Je les ai découverts en France. Mon père, céramiste de métier, fils d’ingénieur, était très bricoleur. Il a vivement encouragé mon expression graphique. Petite, j’aimais beaucoup faire des choses avec mes mains. Je me souviens qu’il avait mis en place, dans notre maison, un mur d’expression libre. Je pouvais y dessiner, peindre, coller tout ce que je voulais. Cela me rendait heureuse. Il m’invitait à bricoler avec lui à chaque fois que l’occasion se présentait. Assez tôt, j’ai suivi des cours de dessin et de peinture en cours du soir. Jeune adulte, j’ai eu du mal à choisir entre les études de sciences et d’arts. J’ai voulu devenir restauratrice d’œuvres d’art pour concilier les deux. Finalement, j’ai fait des études, spécialisées en illustration, aux Beaux-Arts de Vilnius pendant deux ans. Je suis ensuite partie en France pour l’Ecole Estienne à Paris, en finissant mon cycle de formation en Lituanie. J’ai trouvé les recherches passionnantes. Un jour, un de nos professeurs nous a proposés un atelier avec l’artiste et ingénieur papier Gérard Lo Monaco. Ce dernier avait mis à notre disposition le livre de David A. Carter et James Diaz : Pop-up, art et technique. Il a présenté aux étudiants sa collection et ses propres livres. Cela m’a fait un énorme effet ! J’ai eu envie de continuer dans ce domaine de la construction de papier. J’ai alors enchaîné les stages. J’en ai fait un chez l’ingénieur papier Olivier Charbonnel qui m’a formée à la réalisation des maquettes, au suivi des différentes étapes, à la mise en place des fichiers informatiques de plus en plus ajustés… J’en ai également réalisé dans l’édition et le graphisme, aux Grandes personnes, chez Gallimard Jeunesse et chez Hélium.

Une belle formation pratique !
Oui ! Pour mon projet de fin d’études, j’ai réfléchi à la thématique du jardin et de la nuit, avec des reliefs. Au début, j’avais écrit une histoire assez longue pour accompagner les systèmes animés, fascinée par la nuit et la transformation du paysage avec l’obscurité et les ombres. J’ai commencé par des essais à la peinture : à l’aquarelle, à l’acrylique… Cela ne me convenait pas complètement. J’ai réduit les textes. Je suis passée aux papiers découpés. J’ai fait toutes les découpes à la main, avant d’utiliser une machine de découpe !


 
 


Après beaucoup d’essais, cela m’a satisfait davantage. Mon projet de fin d’études finalisé s’appelait Jardin bleu.


 
 

En 2017, j’ai présenté ce projet à Gallimard Jeunesse qui a été intéressé par sa publication. C’était une grande joie. L’éditeur a proposé quelques petits ajustements. Et c’est ainsi qu’a commencé ma collaboration avec lui.


 

     
     

  Il y a des différences avec votre projet de fin d’études !
Oui, il y avait quatre plans dans le projet au lieu de trois dans l’ouvrage réalisé. Le papier du dessus était du papier velours. Certaines pages n’ont pas été conservées. Dans le livre Jardin Bleu imprimé, les découpes sont faites au laser. Celles des autres livres bénéficient également de la technique de découpe platine, très fine, réalisée à l’aide d’un couteau composé de plusieurs lames en acier. Tout a un coût et le prix du livre doit rester abordable pour le public. Grâce à la collaboration avec mes éditrices chez Gallimard Jeunesse, nous avons réussi à avoir un résultat très proche de mon projet initial. Suite à la parution de Jardin bleu, j’ai réalisé Jungle, et Gallimard jeunesse a décidé de publier un autre titre. L’aventure a continué !


 
 

 
 
Là aussi, des découpes supplémentaires… et la nature, toujours !
C’est vrai. La nature est très importante pour moi. J’ai de grands souvenirs de la Lituanie où elle est très présente. Il y a beaucoup de forêts surtout. J’aime faire des livres sur cette thématique pour encourager les lecteurs à avoir un regard attentif sur elle. J’aime attirer l’attention des lecteurs sur les petits détails qui donnent toute leur saveur à la beauté des paysages : les empreintes, les petites feuilles… Dans Jungle, j’ai adopté le point de vue d’un personnage qui marche dans un environnement luxuriant, riche et sauvage, ce qui est propice aux jeux de cache-cache. Et dans Neige, c’est un petit renard que l’on suit dans une forêt, aussi enneigée que celle que j’ai pu voir dans mon pays d’origine.

Parlez-moi un peu de Neige justement…
Cela fait longtemps que j’y pensais. Je me suis inspirée de mon pays d’origine, où il fait beaucoup plus froid qu’en France et où les paysages sont souvent beaucoup plus enneigés en hiver. J’avais un peu la nostalgie de ces lieux où j’ai passé mon enfance. J’ai d’ailleurs dédicacé ce livre à mes parents. J’aime le calme de ces paysages blancs. Tout y est amplifié. C’est le premier hiver de mon petit renard. Son tout nouveau contact avec la neige. Il est attentif à ce qui l’entoure, car tout est neuf pour lui. Chaque détail l’étonne. Dans ce livre, je voulais transmettre un regard frais et curieux comme celui de l’enfant.

Quel est votre rapport à la technique ? Comment procédez-vous pour faire vos livres ?
J’aime les livres animés pour les surprises qu’ils procurent. Fermé, on pense qu’il s’agit d’un album classique. Ouvert, c’est une surprise à chaque double page. Cette dimension du « je ne sais pas à quoi je dois m’attendre » me fascine. Tout projet est un défi. À chaque livre, j’essaie de me renouveler et trouver des nouvelles idées, en gardant mon style. Au début, j’ai une intuition, une idée, une image dans ma tête, ou un bout de l’histoire, un personnage. Je m’inspire souvent de la nature. Ensuite, je commence à construire l’histoire en faisant des petites maquettes pour tester mes envies. Je fais des dessins, des croquis et de nombreux essais et tests techniques. Après cela, je passe à la phase de perfectionnement des maquettes, finalisation du texte et des illustrations.

Quelle est votre actualité ?
J’adore dessiner. En deux dimensions, je réalise des illustrations, notamment dans des livres de cuisine et des albums pour les tout-petits. En tant que graphiste, j’ai fait des ouvrages d’activités aux éditions du Patrimoine. Je démarche sur des concepts et je prends des commandes.

En trois dimensions, je conçois aussi de l’ingénierie papier pour une agence d’édition : nous allons ainsi éditer un livre sur les diadèmes de la maison Chaumet.

À partir de mes ouvrages, je fais aussi de nombreux ateliers dans les écoles, les médiathèques, des rencontres avec les lectrices et lecteurs, des festivals…


 
 


Côté exposition, j’ai réalisé des maquettes agrandies de mes livres dans le cadre de l’exposition coréenne : « Oh, nature », organisée du 8 décembre 2020 au 28 mars 2021 au musée Hyundai Museum of Kid’s books & Arts, à Seongnam, près de Séoul (> visiter l’expo, galerie niveau 2). De même, j'ai fabriqué des mises en volume grandeur nature à partir de Jardin bleu, Jungle et Neige, au parc Jean Moulin à Montreuil et au salon du livre de Brunoy. La Triennale de l’illustration d’Estonie m’a également commandé trois œuvres en papier découpé. Nous avons fait le lancement de Jungle à Beaubourg, avec un musicien lituanien qui jouait avec des instruments ethniques. Pour la présentation de Neige, j’étais accompagnée d’une amie bruiteuse lituanienne, qui a aussi réalisé une vidéo à partir de mon livre (> voir la vidéo).

La performance, la scénographie vous intéresse donc aussi ?
Oui, beaucoup. J’aime réfléchir à l’espace, à la lumière, gérer les superpositions. De plus, c’est différent du travail d’illustratrice ou d’ingénieur papier, qui sont plutôt solitaires. Avec la scénogaphie, ce sont souvent des projets d’équipe. J’étudie d’ailleurs cette discipline à l’École nationale supérieure des Arts Décoratifs de Paris. Mon projet de diplôme, en 5e année, porte sur le théâtre d’ombres. J’ai fait des recherches sur l’histoire de ce type de scénographie, ici et ailleurs, et j’ai rédigé un mémoire l’année dernière. À l’occasion de ces études, j’ai réalisé des décors pour la Cité de la musique (Philharmonie de Paris), autour du mythe de Prométhée. Il sera diffusé sous forme de film. Le montage a lieu en ce moment !

Alors… livres en deux dimensions, en trois dimensions, scénographie… Quel domaine vous tente encore ?
Peut-être, un jour, l’animation ! Mais cela fait beaucoup déjà ! Je me concentre en ce moment sur mon nouveau titre à paraître pour la fin d’année…  Il s’appellera Voyage. C’est l’histoire d’une famille de grues. Les parents racontent à leur bébé leur histoire et comment, tous les ans, ils migrent vers les pays chauds pour retourner ensuite dans leur région natale. Ce livre, à paraître chez Gallimard jeunesse le 28 octobre 2021, aura le même format que Jungle et Neige. Je viens d’en recevoir un premier exemplaire : voici sa couverture (voir ci-contre) !
Anne-Sophie Baumann

Remerciement
Anne-Sophie Baumann et Livresanimes.com remercie chaleureusement Elena Selena pour sa disponibilité.

 
    
  N.B. Toute reproduction des visuels et du texte est interdite sans autorisation écrite des auteurs et de livresanimes.com.